Comment économiser sur les factures de chauffage grâce à une VMC ?


Diminuer le montant des factures de chauffage et de ventilation, c’est un sujet qui préoccupe de plus en plus les propriétaires de maisons. Cela permet de réduire les dépenses mensuelles d’un ménage, mais également d’adopter un comportement écoresponsable. Dans cette logique, plusieurs solutions se profilent, dont les VMC double flux, ainsi que certains modèles de VMC simple flux plus performants ou le puits canadien.

Comment la VMC double flux peut impacter les consommations d’énergie d’un foyer ?

Dans une maison, il y a plusieurs ponts thermiques, c’est-à-dire plusieurs éléments qui facilitent les déperditions d’air chaud l’hiver. Selon plusieurs études réalisées dans le domaine, les principaux ponts thermiques se situent au niveau des combles, des équipements de ventilation et de l’isolation thermique des murs. Plus ces l’isolation thermique est défaillante, plus l’air chaud est évacué à l’extérieur et les besoins de chauffage augmentent.

Le rôle basique de la VMC consiste à ventiler l’air dans les pièces de la maison. Ainsi, elle permet d’éliminer l’air intérieur vicié afin de réintroduire dans les pièces de l’ai propre de l’extérieur. En revanche, la plupart des appareils simple flux font entrer de l’air frais, ce qui augmente les besoins de chauffage et le montant des factures. Pour éviter ce problèmes, les fabricants d’équipement de ventilation ont innové leurs produits et ont lancé le système VMC double flux.

La VMC double flux permet ainsi de renouveler constamment l’air intérieur en chauffant l’air propre provenant de l’extérieur à l’aide d’un récupérateur. Cela permet de garder une température constante à l’intérieur et de réduire considérablement les besoins de chauffage. Une solution pratique et économique l’hiver, mais également respectueuse de l’environnement.

Quelles sont les alternatives à la VMC double flux ?

La VMC double flux est l’équipement de ventilation le plus performant et le plus conseillé par les professionnels du domaine. Cependant, il ne convient pas dans tous les logements. De plus, certains particuliers n’ont pas le budget pour installer cet appareil qui exige un investissement plus élevé. Dans ces cas, plusieurs choix se profilent.

Pour bénéficier d’un bon niveau de confort sans devoir installer une VMC double flux, les particuliers ont le choix parmi les VMC simple flux autoréglables, les VMC simple flux hygroréglables et les puits canadiens. La VMC simple flux autoréglable permet de régler avec plus de précision le flux de l’air entrant. C’est une solution plus performante que la VMC simple flux classique, car on peut mieux maîtriser les différences de température, mais les économies réalisées ne sont pas optimales. La VMC simple flux hygroréglable offre des meilleures performances dans la mesure où on peut mieux maîtriser le taux d’humidité. C’est très important pour le confort des habitants et pour éviter les risques de moisissures.

La dernière option consiste à installer un puits canadien, qui fonctionne en utilisant un système similaire à la VMC double flux. Cet équipement est installé dans le sol, ce qui permet de collecter de l’air propre de l’extérieur et le faisant passer par un conduit souterrain. En plus de transporter l’air, ce conduit a le rôle de chauffer l’air entrant l’hiver et le refroidir l’été, afin de limiter l’utilisation du chauffage et de la climatisation. Une solution peu gourmande en énergie et écoresponsable.

Précédent Instructions sur la façon de vérifier les tuyaux d'eau qui fuient à l'intérieur
Suivant Maisons et performance énergétique : opter pour le triple-vitrage