Les labels énergétiques pour une amélioration des règlementations thermiques


Les réglementations françaises sur la performance énergétique d’un bâtiment découlent directement des décisions internationales et européennes. Pour respecter ses engagements de réduction des émissions de CO2, mais également pour inciter les acteurs à préserver l’environnement, la France a mis en place différents labels pour améliorer et appuyer les réglementations thermiques. Un label est une marque conçue spécialement pour identifier et garantir l’origine d’un produit, et son niveau de qualité. Après achat d’une construction, l’acquéreur devra donc justifier d’une certification de performances minimum selon le label et le type de bâtiment. Quels sont les différents labels thermiques existants en France ? Et quelles sont les garanties offertes ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans cet article.

Se retrouver parmi la multitude de labels énergétiques

Aussi bien chez nos voisins Européens qu’en France, une profusion de label énergétique est établie rendant la compréhension de ceux-ci encore plus compliquée. En France, on retrouve 4 grands labels thermiques à ne pas négliger. Pour plus d’informations sur l’obtention de ces labels, vous pouvez vous renseigner auprès d’agences professionnelles d’installation thermique qui proposent même de réaliser une isolation combles 1 euro suivant des critères d’éligibilité.

Les plus connus sont les labels HPE et THPE, créés par le Ministère de l’Egalité des territoires et du Logement et le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. Leur but est d’accompagner la construction vers la très haute performance énergétique. Ces nouveaux labels visent à renforcer la Réglementation Thermique de 2012 (RT 2012) et ont chacun leur attribution propre. Le label HPE (Haute Performance Energétique) a pour objectif de réduire des consommations d’énergie primaire de 10% par rapport au niveau règlementaire de 2012. En revanche, le label THPE (Très Haute Performance Energétique) vise à renforcer quelques exigences de moyens et à réduire les consommations d’énergie primaire de 20% par rapport au niveau règlementaire RT  2012.

On retrouve également le label Bâtiment Biosourcé qui est délivré à tous les bâtiments neufs ayant un taux minimal de matériaux biosourcés dans sa construction. Un matériau biosourcé ou bio-matériau indique tout matériau issu de la biomasse animale ou végétale, c’est-à dire de matière première renouvelable contribuant au stockage temporaire de carbone et  à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le label Bâtiment Biosourcé est uniquement attribué à un bâtiment ayant reçu une certification portant sur sa performance énergétique et sur sa qualité globale.

Le label Effinergie+ remplace le label BBC- Effinergie. Il est attribué aux bâtiments dont les performances énergétiques dépassent les exigences réglementaires RT 2012. Le label Effinergie+ met en valeur l’enveloppe du bâtiment, la ventilation, l’étanchéité à l’air et la performance thermique. Il fait progressivement évoluer la construction vers l’exigence BEPOS (des bâtiments à énergie positive) à l’horizon 2020.

Le label des bâtiments à énergie positive – BEPOS.

Ce label est livré au bâtiment nécessitant une très faible consommation énergétique avec une production autonome grâce aux énergies renouvelables. La construction BEPOS a pour principal objectif de maîtriser les consommations d’énergie du bâtiment.

Précédent Comment peindre un bâtiment ?
Suivant L’optimisation d’une petite salle de bain