Loi Pinel : comment s’y prendre pour éviter les pièges de ce dispositif ?


Comme vous le savez, la loi Pinel est un des systèmes mis en place par le gouvernement français pour soutenir l’immobilier locatif dans l’Hexagone. Cette législation offre aux intéressés de nombreux avantages dont la possibilité de réduire leurs impôts en fonction de plusieurs critères. Toutefois, comme tout projet, se lancer dans l’immobilier avec ce dispositif présente quelques risques et certains pièges que vous devez éviter pour profiter pleinement des privilèges de la loi élaborée par Sylvia Pinel.

Définir avec précaution l’emplacement idéal pour investir

La règle no 1 pour bien investir dans l’immobilier locatif avec le dispositif Pinel est de bien choisir la situation géographique de la résidence. Ce critère joue un rôle essentiel dans plusieurs facteurs. En premier lieu, il touche l’éligibilité du logement à cette disposition du code général des impôts. En effet, cette loi touche seulement, depuis l’année 2018, les localités tendues, c’est-à-dire, les agglomérations où la demande locative dépasse largement l’offre. Ces endroits sont :

– le Genevois français et les agglomérations de la Côte d’Azur ainsi que de l’Île-de-France (zone A),

– Paris et 29 communes environnantes (zone A bis),

– les villes où les loyers sont élevés, les Outre-mer, la grande couronne parisienne et les métropoles comptant plus de 250 000 habitants (zone B1).

En second lieu, il affecte grandement l’attractivité du logement à mettre en location. Effectivement, si votre résidence est parfaitement située (environnement de qualité, proximité avec les services…), elle attirera plusieurs locataires potentiels. Cela vous évitera les problèmes de vacances locatives.

Acquérir un logement conforme à diverses conditions

Un autre point à ne pas négliger lorsque vous envisagez de recourir au dispositif Pinel est de bien sélectionner la résidence à mettre en location. En effet, la propriété que vous allez acheter devra répondre à plusieurs critères pour éviter de faire un mauvais investissement. D’un côté, il faut que la résidence respecte les règles imposées par la loi. Ainsi, le logement est tenu d’être neuf et acquis avant le 31 décembre 2021. De plus, il devra soit disposer du label BBC (bâtiment basse consommation) 2005 soit suivre la norme thermique RT 2012.

D’un autre côté, le bien est obligé d’être conforme aux besoins des locataires potentiels. Tout bon investisseur sait qu’il est inutile d’avoir une maison dans une agglomération où la population recherche activement des T3. Cela est à la fois une perte de temps et d’argent.

Respecter les plafonds des loyers

En investissant en Pinel, vous devez éviter de surévaluer le loyer que vous allez proposer aux locataires potentiels. Effectivement, comme cette législation a pour objectif principal de permettre à tout le monde de trouver un logement, des plafonds de loyers sont fixés par l’État. Ce seuil varie en fonction de l’emplacement de la propriété.

Éviter d’investir seul

Pour éviter de tomber dans les nombreux pièges de la loi Pinel, il est fortement recommandé de vous faire accompagner par un professionnel de l’immobilier. Ce spécialiste vous assistera dans toutes les démarches à entreprendre afin que votre rêve ne vire pas au cauchemar.

Précédent Aménager un salon : les conseils pour le réussir
Suivant Décoration : le blanc pour un vent de fraîcheur