Quelles soudures utiliser pour le gaz naturel ?


À l’heure actuelle, d’autres processus s’adaptent aux nouveaux besoins, mais ce modèle de travail continue d’être important pour l’union du cuivre, de l’aluminium et de différents métaux. Nous expliquons le soudage et les gaz de soudage.

Le  soudage au gaz  est l’un des matériaux primitifs des procédés de soudage et d’alliages, de sorte qu’il est l’un des plus développés dans l’industrie pour le soudage des métaux.

Soudage au gaz

Le processus utilise de l’oxygène, de l’azote ou de l’argon et un gaz combustible à travers un tuyau spécialisé dirigé vers une torche. Le débit des deux gaz est régulé au moyen de vannes de pression, il est mélangé dans une chambre et, plus tard, à la torche par une buse de sortie.

Cette buse contrôle la taille du flux de gaz, ce qui déclenche la combustion à partir d’un système d’allumage. La flamme chauffe et fusionne des matériaux de liaison tels que l’étain, le bronze, le zinc ou l’acier pour coller des surfaces de travail de dépannage chauffe-eau Paris 10 par exemple.

Caractérisation de la soudure

Avant qu’un plombier Paris 6éme réaliser le travail, le processus de soudage doit prendre en compte une série de facteurs. Parallèlement, un problème spécifique découle de cette procédure une fois la tâche terminée.

Parmi les facteurs à prendre en compte avant de commencer les travaux de soudage, il y a les suivants:

Types de matériaux à assembler et leur soudabilité; le choix du procédé de soudage à utiliser en fonction du matériau, de la conception du joint, de l’utilisation ultérieure, des moyens disponibles …

La qualification des opérateurs; le développement de processus propre (stabilisation de l’arc, réactions chimiques présentes, développement du transfert de matière …).

Une fois les travaux terminés, leur qualité et leur état doivent être vérifiés, tandis que d’autres aspects spécifiques au procédé de soudage doivent être pris en compte, tels que:

L’apparition de tensions thermiques pendant le processus de soudage et de contraintes résiduelles une fois le travail terminé; des problèmes de fatigue pouvant entraîner la rupture de l’union avant les sollicitations cycliques; l’apparition de fissures et de nouvelles structures métallurgiques dans la zone de joint et dans la zone limite affectée thermiquement; et la nécessité d’effectuer des travaux d’inspection une fois les travaux terminés, afin de vérifier leur intégrité.

Types de mélanges gazeux pour le soudage

Les trois gaz utilisés sont l’oxygène, l’azote et l’argon. Ces trois éléments sont extraits de l’air à grande échelle et sont utilisés dans une grande variété de procédés de fabrication de presque tous les secteurs de l’industrie. L’obtention de ces gaz est réalisée au moyen d’un procédé de fractionnement à l’air spécialisé qui sépare les éléments individuels.

L’oxygène est un élément indispensable à la vie. Cela fait partie de la plupart des processus d’oxydation et de combustion dans la nature, c’est pourquoi il est nécessaire pour de nombreux secteurs de l’industrie. Dans le cas du soudage, l’oxygène participe au mélange en soudage autogène.

Ce type de soudage ne nécessite pas de matériau de jonction, mais il fait fondre les surfaces de soudage en produisant les liaisons nécessaires. Il est utilisé dans presque tous les types de soudage des métaux industriels. Il est également utilisé pour certaines soudures de coupe avec certains matériaux. La fourniture de ce matériau peut se faire dans des bouteilles haute pression de différentes tailles. Par les gazoducs  ou dans les installations des usines de production sur le lieu de travail.

Enfin, l’argon  est un gaz de protection parfait. Il est utilisé comme stabilisateur et protecteur des zones de béton lors de travaux à hautes températures.

 

Précédent Des conseils pour améliorer le confort thermique de l’habitat
Suivant Tout connaître sur le crédit à la consommation