Quels critères privilégier avant d’acheter sa pompe vide-cave ?


Utilisées face à des problèmes d’inondation dans des caves, mais aussi éventuellement dans des garages souterrains ou encore dans différents locaux techniques, les pompes vide-cave permettent d’évacuer des eaux claires à légèrement chargées. Il existe également des modèles spécifiquement conçus pour vider les piscines et autres bassins. Voici les principaux critères qui vous aideront à faire votre choix !

Un modèle plus ou moins robuste selon l’utilisation

La pompe vide-cave est considérée comme un appareil réellement durable, que l’on peut conserver et faire fonctionner plusieurs années sans rencontrer l’ombre d’un souci. Toutefois, elles ne sont pas toutes prévues pour supporter la même charge de travail.

Ainsi, vous devez clairement identifier votre usage (ponctuel ou régulier) afin de déterminer l’appareil qui répondra au mieux à vos besoins. Si vous utilisez un appareil plutôt pensé pour des opérations ponctuelles et de petites ampleurs, il risque de montrer des signes de faiblesse face à une grande cave souvent inondée, par exemple.

La nature des eaux à traiter

Dans le choix d’une pompe vide-cave, on doit distinguer les eaux claires (avec une granulométrie inférieure à 5 mm) des eaux chargées (granulométrie égale ou inférieure à 20 mm) et, enfin, des eaux très chargées (granulométrie supérieure à 20 mm).

Les eaux pluviales, par exemple, entrent dans la catégorie des eaux claires. En revanche, les eaux d’inondation ainsi que les eaux usées sont des eaux potentiellement chargées de matières en suspension (MES) – il faut, pour les évacuer, favoriser une pompe qui a été fabriquée dans l’optique de supporter un passage granulaire entre 10 et 20 mm.

Enfin, dans le cas spécifique des eaux très chargées (boue, papiers et lingettes, petits morceaux de bois à cause d’une inondation provenant de l’extérieur), on privilégie une autre forme de pompe, avec cette fois la présence d’une roue dilacératrice qui fait office de déchiqueteuse et permet de traiter une granulométrie élevée.

Source : https://www.technipompe.fr

La hauteur de refoulement

Exprimée en mètres, la hauteur de refoulement traduit la différence de niveau acceptée entre la pompe et le point de rejet. D’autres fabricants parlent de hauteur manométrique totale, en HMT, pour évoquer à la fois la hauteur de refoulement, la pression au point de rejet et les pertes de charge.

Ce paramètre mérite d’être mis en perspective avec la hauteur d’immersion pour toute pompe vide-cave. Enfin, n’oubliez pas de regarder le niveau résiduel : il permet de savoir ce qu’il restera à évacuer une fois le travail de la pompe terminé… Visez le niveau le plus bas possible pour que l’appareil fasse un maximum de travail à votre place.

Le flotteur

Sur certaines pompes, le flotteur est intégré et tout le fonctionnement est automatisé. D’autres présentent un flotteur avec cordon, qui permet une utilisation plus flexible. On peut également choisir des pompes à bille ou sans flotteur.

Pour finir, toute installation de pompe nécessite un minimum de mesures de sécurité. Par exemple, il est pertinent de mettre en place une protection thermique du réseau électrique, pour réduire les risques de court-circuit.

Précédent Le top 4 des astuces naturelles pour se débarrasser des cafards !
Suivant Agents et courtiers immobiliers au Québec