Vente immobilière entre particuliers: bonne ou mauvaise idée ?


La vente ou la location immobilière entre pairs sont avantageuses mais également problématiques. D’un côté, la marge de négociation est plus importante. De l’autre, l’accomplissement de la transaction est sujet à des risques : annulation subite de l’achat, litiges en cas de désaccord, fraudes, etc. Explications.

L’échec de l’opération immobilière entre particuliers

L’opération immobilière entre pairs peut déboucher sur différents conflits notoires susceptibles de léser l’intérêt de l’un comme de l’autre.

Désaccord au niveau du prix

L’absence d’intervention d’un expert en marché immobilier entre les deux antagonistes peut créer des discordes. Le vendeur qui connait peu ou pas les tendances de prix va souvent appliquer un tarif trop élevé. De son côté, l’acheteur essaiera de marchander et d’exiger un coût ridiculement bas. Puis au final, les deux chercheront chacun leur intérêt ailleurs…

Annulation de l’achat à cause d’un problème de financement

L’acheteur peut se voir obliger de se rétracter en raison d’un souci financier, par exemple : le refus de sa demande de crédit immobilier par la banque. Pourtant, la plupart des acquéreurs ont besoin de l’appui des établissements de crédit pour pouvoir accéder à la propriété. Et l’obtention d’un prêt immobilier constitue une condition suspensive de la conclusion définitive d’une vente immobilière.

Litiges judiciaires

Dans la mesure où ni le vendeur ni l’acheteur ne connaissent les règles régissant les transactions immobilières, il arrive que des infractions ou injustices soient commises. Cela se produit lorsque l’une des deux parties se rend compte, après coup, d’avoir été abusé d’une manière ou d’une autre. Généralement, c’est l’acheteur qui porte l’affaire en justice en arguant : un dol, une lésion ou une erreur substantielle. Pourtant, si la vente a lieu avec la participation d’un agent immobilier, le vendeur pourrait être protégé par la responsabilité civile professionnelle de celui-ci. La responsabilité de cet intermédiaire peut être mise en cause quand il aura manqué à son obligation d’information et de conseil envers l’acquéreur. C’est le cas principalement si l’agent immobilier a dissimulé les défauts, malfaçons et dysfonctionnements de la maison, alors il devra en rendre comptes.

Possibilité de conclure un accord profitable aux deux parties

Les renseignements et règlementations encadrant les opérations de location vente immobilier entre particulier sont accessibles à tous. Pour mener une transaction règlementaire, il suffit de s’informer. En ce qui concerne les prix, pour appliquer un juste prix et dégager une plus-value, les vendeurs n’ont qu’à faire une petite étude de marché. Les acheteurs peuvent aussi négocier et faire jouer la concurrence pour obtenir gain de cause. En se renseignant et en agissant dans le respect des normes légalement établies, vendeur et acheteur particuliers trouveront un terrain d’entente, sans l’aide d’un agent immobilier. A savoir que les services d’un agent immobilier représentent jusqu’à 7 % du prix du bien immobilier. Pour un patrimoine d’un prix de 400.000 €, cela signifie 28.000 € en frais d’agence. Faire l’impasse sur une telle dépense constitue une véritable aubaine. Cette somme permettrait de faire quelques aménagements importants du genre construire une piscine.

Précédent Vendre une maison vide ou meublée : l’option la plus rentable
Suivant A quoi faire attention quand on choisit son plombier