Comprendre la réalité de l’assurance de prêt


La durée d’une assurance de prêt est la même que celle du crédit immobilier qu’elle couvre. Grosso modo, en cas d’insolvabilité de l’emprunteur, l’argent de la banque sera remboursé par l’assurance de prêt.

Cet article invite à une succincte réflexion sur le fonctionnement de l’assurance de prêt. Quels sont vos droits légaux ? Et comment ce système fonctionne-t-il dans la pratique ?

Les garanties couvertes par l’assurance de prêt

L’insolvabilité de l’emprunteur peut avoir d’autres causes que la perte d’emploi. Cette section se focalisera sur les garanties, mais aussi sur les exclusions.

L’emprunteur est victime d’une maladie ou d’un accident le rendant incapable de travailler, son assureur le couvre en vertu de l’une de ces 3 garanties :

  • La garantie « incapacité temporaire totale » ou ITT ;
  • La garantie « invalidité permanente totale » ou IPT ;
  • La garantie « invalidité permanente partielle » ou IPP.

La garantie « perte totale et irréversible d’autonome » ou PTIA couvre l’insolvabilité due au décès à une sérieuse incapacité (une paraplégie à vie, par exemple).

Sinon, il y a les exclusions dites « générales ». Celles-ci sont prévues par la loi. L’assurance de prêt  ne rembourse pas, par exemple, le crédit si le suicide est la cause du décès.

Des exclusions particulières sont à surveiller de près pour éviter les douches froides. Dans la pratique, par exemple, l’invalidité à cause d’une maladie neuropsychique n’est pas couverte par les garanties ITT et IPT.

La pratique des banques et des assureurs

L’emprunteur n’est pas obligé de souscrire une assurance de prêt. C’est la théorie ; dans la pratique, les banques exigent cette souscription pour avoir l’esprit tranquille.

La banque elle-même, généralement, peut proposer une assurance de prêt. Elle le fait souvent par le biais de sa filiale.

La banque peut alors proposer une assurance de groupe, valable avec un tarif unique pour tous les clients ; l’emprunteur peut, en revanche, souscrire une « délégation d’assurance », celle-ci étant une offre individualisée en fonction du profil de l’emprunteur.

Mais la banque n’accorde pas de crédit immobilier si les garanties de la délégation d’assurance ne sont pas similaires à celles qu’elle a proposées.

Le 1er janvier 2015, les banques et les institutions d’assurance de prêt doivent désormais indiquer leur TAEF (taux annuel effectif d’assurance). Sauf que c’est loin d’être suffisant pour trouver le bon contrat d’assurance, pour échapper aux pièges fastidieux des exclusions…

Aussi est-il recommandé de recourir à un comparateur assurances de prêt en ligne. Il suffit de remplir un formulaire online, avec les informations renseignant le comparateur sur votre situation personnelle.

Le comparateur enregistre ces informations vous concernant et les utilisera pour scruter les contrats susceptibles de correspondre à vos besoins et à vos moyens. C’est un moyen simple et sûr de souscrire une assurance proposant des garanties optimales.

Précédent Une véranda en bois en harmonie avec la maison
Suivant Comment choisir son radiateur à inertie ?